Translate

vendredi 18 septembre 2015

Dossier Migrants...suite: Le ton monte entre Croatie et Hongrie



 
Après la Hongrie, la Croatie ferme à son tour ses frontières. La Croatie, saturée, achemine les migrants vers la Hongrie ait fermés sept passages frontaliers. Les demandes d'asiles au sein de l'Union européenne ont bondi de 85 % par rapport à 2014. 
 

Ce vendredi, les autorités sont débordées face à l'afflux de migrants et les pays de l'Union européenne envisagent tour à tour la fermeture de leurs frontières. En Croatie, notamment, la situation est intenable et les capacités d’accueil sont saturées.

La Croatie ferme 7 de ses 8 points de passage

Aux portes de l’espace Schengen, le verrou se resserre pour les migrants. Alors que Zagreb, hier encore accueillante, a fermé 7 de ses 8 points de passage à la frontière avec la Serbie. Il ne reste plus qu’un point de passage accessible, sous haute surveillance. 

 

Les autorités croates ont par ailleurs entamé l'acheminement des migrants du Moyen-Orient se trouvant sur son sol vers la frontière avec la Hongrie, a déclaré à l'AFP un responsable du ministère de l'Intérieur.

Plus de 11.000 migrants sont entrés sur le sol croate par la Serbie depuis mercredi matin, a indiqué jeudi soir le ministère croate de l’Intérieur. Zagreb s’attend à un afflux de plus de 20.000 personnes dans les deux prochaines semaines et redoute une situation « hors de contrôle ». Les migrants tentent ensuite de rejoindre la Slovénie en train et entrer ainsi dans l’espace Schengen.

 

Signe de la tension actuelle, le ministre hongrois des Affaires étrangères Peter Szijjarto a accusé la Croatie d'encourager les migrants, présents sur son territoire, à violer la loi, en les acheminant à la frontière avec la Hongrie qu'il franchissent illégalement. "Au lieu de respecter les règles en vigueur dans l'UE, ils (Zagreb) encourage les masses à violer la loi, car franchir illégalement une frontière c'est violer la loi", a déclaré M. Szijjarto à Belgrade à l'issue d'un entretien avec son homologue serbe Ivica Dacic et le ministre serbe de l'Intérieur Nebojsa Stefanovic.


Source: lesechos.fr