Translate

dimanche 17 juin 2018

Le nombre d'insectes diminue de manière spectaculaire et cela devrait vous inquiéter


Depuis la fin des années 80, la quantité d'insectes diminue fortement, indique une étude de scientifiques de Radboud University aux Pays-Bas, sur base de l'analyse d'insectes volants collectés au sein de plus de 60 réserves naturelles en Allemagne.
Avec cette étude, les entomologistes souhaitent faire comprendre que les insectes sont nécessaires à la survie de l'humanité. "Il s'agit de la chaîne alimentaire classique de troisième catégorie", a déclaré Richard Redak, entomologiste à l'Université de Californie, Riverside, et co-auteur du livre "Bugs Rule!"

"Si vous perdez des insectes, vous avez un problème "

Une étude antérieure s'était concentrée principalement sur l'influence du changement climatique sur des espèces prises individuellement. Ces expériences avaient suivi des insectes particuliers tels que des papillons, des abeilles ou encore des mites.
Cependant, l'étude des chercheurs des Pays-Bas, de l'Allemagne et du Royaume-Uni a fait quelque chose de totalement différent. Plutôt que de se concentrer sur une seule espèce d’insecte ou de cataloguer différentes variétés de punaises, les scientifiques ont collecté tous les insectes volants de 63 réserves naturelles allemandes de 1989 à 2016.
Les chercheurs de la Radboud University ont fait usage de pièges grâce auxquels toutes sortes d'insectes volants  pouvaient être rassemblés. Les données de cette étude publiées dans la revue PLOS One, ont montré une baisse de 76% de la biomasse des insectes de mars à octobre et un déclin de 82% en plein été, alors que les insectes sont généralement durant cette saison à leur apogée.

Chaîne alimentaire

"L'étude démontre que toutes les espèces d'insectes volants, pas seulement les plus vulnérables, ont rapidement diminué en quelques décennies" explique le responsable de l'étude, Caspr Hallmann, biologiste auprès de la Radboud University. "Des pièges à d'autres endroits ont même été retrouvés presque vides."
L'analyse a indirectement permis d'avoir une idée de la quantité d'insectes disponibles pour jouer un rôle d'herbivores, de pollinisateurs et de nourriture pour d'autres animaux. "Vous pouvez être sûr que si vous perdez les trois quarts de la biomasse des insectes, une partie importante des animaux qui se trouvent plus haut dans la chaîne alimentaire - les oiseaux, les chauves-souris et les amphibiens - seront affectés", a déclaré M. Hallmann. "Il y aura forcément des conséquences."
"En fait, l'étude a été inspirée par le déclin de la quantité d'oiseaux aux Pays-Bas, ce qui a mené à étudier les sources de nourriture des animaux" explique Hallmann. "L'hypothèse est que la perte des insectes rend la capture de proies plus difficile pour les oiseaux."

Pas d'extrapolation

L'étude n'avance pas de cause à ce phénomène, mais des causes traditionnelles, comme le changement  climatique, ne semblent pas avoir joué un rôle. Ces 30 dernières années, l'Allemagne a en effet connu une légère augmentation des températures, ce qui aurait mener à une hausse de la quantité des insectes. Le changement dans la diversité des plantes et dans le paysage naturel ne semble pas non plus avoir eu un impact.
Au lieu de cela, les chercheurs pensent que les insectes des réserves naturelles ont pu être affectés par les terres avoisinantes. Pour Eric Porter, un biologiste du Service américain de la faune et de la pêche ayant eu accès à l'étude, les changements dans les pratiques agricoles peuvent expliquer une grande partie de la perte de biomasse des insectes. 
Selon M. Hallmann, cela pourrait inclure des engrais et des pesticides qui s'infiltrent dans les réserves, ou le fait que les insectes quittent les réserves pour des environs proches mais inhospitaliers. L'étude ne spécifie pas si ces résultats concernant la perte de biomasse peuvent être généralisés à d'autres parties du monde.
Les réserves naturelles allemandes sont caractéristiques du nord-ouest de l'Europe, mais ces zones ne ressemblent pas à des parcs naturels plus vastes dans des régions telles que les États-Unis, le Canada ou le Brésil. Cela ne veut pas dire que d'autres régions ne connaissent pas les mêmes baisses, mais cette étude n'a pas réalisé de telles comparaisons.  "Nous ne pouvons pas extrapoler", a déclaré M. Hallmann, "mais la preuve que nous avons est que tous les points vont dans la même direction, et c'est dans le sens du déclin."
 Source: fr.express.live

vendredi 15 juin 2018

Le siège pour réduire le Yémen à la famine a commencé



La nuit dernière ( 14 Juin ), la coalition saoudienne a lancé son attaque contre la ville de Hodeidah au Yémen. Hodeidah est le seul port yéménite sur la mer Rouge qui peut accueillir de gros navires. Il est aux mains des Houthis qui, en 2014, ont pris le contrôle de la capitale Sanaa et se sont débarrassés du gouvernement installé par les Saoudiens à Hadi. 90% de la nourriture des 18 millions de personnes vivant dans les zones contrôlées par les Houthis provient de Hodeidah.
Les chaînes d’information par satellite saoudiennes et, plus tard, les médias d’État ont annoncé que la bataille avait commencé, citant des sources militaires. Ils ont également fait état de frappes aériennes de la coalition et de bombardements par des navires de la marine.
Le plan de bataille initial semblait impliquer un mouvement en pince. Quelque 2 000 soldats d’une base navale émiratie située dans la nation africaine de l’Érythrée ont traversé la mer Rouge et ont débarqué à l’ouest de la ville avec l’intention de s’emparer du port de Hodeida, ont indiqué des responsables de la sécurité yéménite.
Les forces émiraties et leurs troupes yéménites sont remontées du sud jusqu’à l’aéroport de Hodeida, tandis que d’autres troupes tentaient de couper les lignes d’approvisionnement des Houthis vers l’est, ont indiqué ces responsables.
Le port est maintenant classé zone de conflit militaire actif. Des combats prolongés pourraient détruire l’infrastructure portuaire. Même si les forces de la coalition saoudienne le prennent et le rouvrent, elles continueront à bloquer les approvisionnements alimentaires vers les hauts plateaux du centre du Yémen. Ils veulent affamer les Houthis pour les soumettre.
yemenmap20180613
L’attaque par le sud est forte de 3 000 à 5 000 soldats commandés par Tariq Sale, le cousin de l’ancien président yéménite Ali Abdullah Saleh récemment assassiné. Ils ont été équipés de camions et de nouvelles armes par les Émirats arabes unis. D’autres forces arrivent d’Aden et Taiz. Elles sont soutenues par l’artillerie, les chars et les bombardements aériens saoudiens. Les forces de la coalition saoudienne sont commandées par d’anciens officiers de l’Australie, des États-Unis et du Royaume-Uni qui ont été embauchés par les Émirats arabes unis.
Les rédacteurs du New York Times fait semblant de ne pas comprendre le vrai problème de cette attaque :
Une coalition dirigée par les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite est sur le point d’attaquer le port de la mer Rouge d’Al Hudaydah, où habitent 600 000 Yéménites et où arrive l’aide humanitaire dont vivent la plupart des habitants du pays.  […]
Selon les experts, 250 000 personnes pourraient être tuées ou déplacées dans l’offensive.
Le NYT soutient l’attaque saoudienne. Il veut que les Houthis soient éliminés. Il est aligné sur le lobby sioniste :
Cependant, l’inaction à Hodeida entraîne des coûts élevés. (….) Si le port est libéré, sa capacité pourrait être rapidement augmentée, surtout si la libération est rapide et sans trop de dégâts. Les habitants des zones contrôlées par le gouvernement sont mieux lotis que les habitants des zones contrôlées par les Houthis, précisément parce qu’ils sont connectés à des ports opérationnels et parce que certains d’entre eux touchent de l’argent du gouvernement. Il serait donc avantageux pour les habitants de Hodeida d’être libérés.
Le problème n’est pas que 250 000 personnes pourraient être déplacées ou même tuées à cause des combats. Le problème n’est pas que les habitants de Hodeidah manquaient de nourriture. Jusqu’à aujourd’hui, ils la recevaient grâce au port.
Le problème est que les Saoudiens prévoient d’assiéger le territoire tenu par les Houthis et leurs alliés jusqu’à ce qu’ils meurent tous de faim.
Environ dix-huit millions de personnes vivent dans ces territoires. Huit millions d’entre elles sont déjà au bord de la famine. Les Saoudiens veulent prendre Hodeidah pour bloquer l’accès des habitants de Sanaa à la nourriture. S’ils réussissent, ou si les infrastructures portuaires sont endommagées par les combats, ces huit millions de personnes mourront probablement et dix autres millionspourraient rapidement les suivre dans la tombe.
Les médias saoudiens n’ont même pas honte d’exposer le but de l’opération. La libération de Hodeidah est un must pour couper la ligne de ravitaillement des Houthis a titré Arab News. Et Asharq Al-Awsat a affirmé que cette opération était nécessaire pour « resserrer le siège » jusqu’à ce que les Houthis « se rendent sans conditions », « tombent les armes » et « quittent Sanaa ».
L’avocat yéménite Haykal Bafana souligne que les Saoudiens ont utilisé la même stratégie en 1934, lors d’un conflit frontalier avec l’Imamat du Yémen. A l’époque, les Saoudiens ont occupé Hodeidah et affamé la population de Sanaa, où siégeait l’Imamat, jusqu’à ce que le Yémen se rende. Ils veulent recommencer :
L’idée est d’enclaver les Houthis dans la capitale Sanaaa, déjà bloquée par les airs. En 1934, la pénurie alimentaire à Sanaa a mis fin à la guerre. Le plan est le même aujourd’hui : Affamer les habitants des zones contrôlées par les Houthis jusqu’à ce qu’ils se rendent. Ergo : Hodeidah mettra fin à la guerre du Yémen. 
Qu’il y est ou pas une famine au Yémen dépend entièrement de ce que les Houthis décideront – se battre et mourir de faim, ou se rendre et manger. Les Houthis menacent de fermer TOUS les transports maritimes de la mer Rouge ? Cela n’aura qu’un seul résultat : TOUTES les puissances mondiales leur feront la guerre, & Le Yémen, et beaucoup, beaucoup, beaucoup, beaucoup de Yéménites mourront.
Personne – ni l’Arabie Saoudite, ni les Émirats Arabes Unis, ni les États-Unis, ni le Royaume-Uni, ni même les Nations Unies – n’ont rien proposé pour empêcher la fermeture du port de Hodeidah. Mais c’est le Yémen qui est sans foi ni loi, d’après certains. 
Même si on déteste tous les Houthis, affamer les civils yéménites est un crime de guerre. Il est illégal d’avoir comme stratégie de guerre de faire mourir les Yéménites de faim.
Cette stratégie saoudienne a amené les Nations Unies à alerter le monde sur le fait que 18 millions de personnes qui dépendent des transferts de nourriture via Hodeidah pourraient mourir de faim. Le Comité international de la Croix-Rouge prévient que l’attaque de Hodeida va aggraver la situation humanitaire déjà catastrophique. Le Famine Early Warning System (FEWS), qui est une organisation du gouvernement américain, sonne l’alarme :
Si les importations commerciales  descendent en dessous des niveaux nécessaires et que les batailles coupent les populations des zones de chalandise et de l’aide humanitaire pendant trop longtemps, les conséquences en termes de  sécurité alimentaire s’apparenteront à une famine.
Dans les combats d’aujourd’hui, les forces soutenues par les Émirats Arabes Unis ont prétendu avoir atteint la périphérie sud de l’aéroport de Hodeidah. Elles vont probablement essayer d’avancer vers l’est pour isoler la ville et l’assiéger. La zone est assez plate et difficile à défendre contre une force de soutien aérien et contre de l’artillerie lourde. Il y a peu d’espoir que les Houthis puissent la tenir.
hodeidahmap20180613-1024x783
Mais les Houthis vont continuer à se battre. S’ils abandonnent Hodeidah, ils auront perdu la guerre. Aujourd’hui, ils ont prétendu avoir tiré un autre missile balistique sur l’Arabie Saoudite. Ils ont également dit avoir attaqué avec succès un vaisseau de la marine des Émirats Arabes Unis avec une force de débarquement. Les Saoudiens ont dit qu’ils avaient intercepté le missile. L’attaque du vaisseau n’a pas été confirmée.
Les Saoudiens et les Émirats ont le soutien actif de la Grande-Bretagne et des États-Unis. Il est encore possible d’empêcher l’attaque sur Hodeidah, le siège de tout le territoire contrôlé par les Houthis et la famine. La Grande-Bretagne et les États-Unis, les Saoudiens et les Émirats sont sur le point de commettre un crime de guerre encore bien pire que ne l’a été la guerre contre l’Irak.
L’attaque doit cesser et le blocus doit être levé. Si cela n’est pas fait tout de suite, il y aura une immense famine au Yémen.
Moon of Alabama

mercredi 13 juin 2018

Deux nouveaux groupes terroristes voient le jour dans la province d’Alep


Deux nouveaux groupes terroristes ont vu le jour ces derniers jours dans la province d’Alep au nord de la Syrie.
Le premier baptisé Kataeb al-Majd a été annoncé le lundi 11 juin.
Comptant dans ses rangs près de 2 000 miliciens, selon ses dires,  il envisage d’occuper de nouveau les régions libérées par l’armée syrienne dans la province d’Alep, annonce le site d’information Al-Durar al-Chamiyat, proche de l’opposition syrienne.
« Nous annonçons la formation des Kataïb al-Majd, actives dans le Rif d’Alep, pour reprendre notre ville occupée », affirme le groupe terroriste nouvellement formé dans un communiqué.
Quant au deuxième groupe, il est baptisé le Bataillon du Sultan Abdel Hamid al-Thani, en référence à l’un des sultan de la dynastie des Ottomans.
Sa création a été annoncée ce mardi 12 juin 2018, précise Al-Durar al-Chamiyat, et son action sera focalisée sur trois régions, la province d’Alep, la région de Ras al-Aïn, et la montagne de Turcomans dans la province de Lattaquié.
Selon le site syrien, ce nouveau groupe ne fait partie de la coalition qui rassemble la majeure partie des groupes terroristes actifs dans le nord syrien et baptisée l’armée nationale, laquelle est soutenue et financée par la Turquie.
Sources: Press TV; Al-Durar al-Chamiyat

ALERTE: Les États-Unis se préparent à une attaque de missiles secrets



Les États-Unis viennent de procéder à un essai de lancement de missiles, puis ils ont fait de grands efforts pour le couvrir ... Voici pourquoi: Sous la doctrine "MAD (Mutually Assured Destruction)", si un pays nucléarisé détecte le lancement d'un missile nucléaire dans sa direction, une contre-attaque nucléaire immédiate sera lancée contre le pays attaquant ... La Doctrine MAD fait le lancement d' un missile qui serait ultimement un acte de suicide pour n'importe quel pays assez fou pour le faire, donc les pays ont cherché un moyen de battre la doctrine MAD, en créant assez de temps après le lancement initial pour que les missiles atteignent leur cible, avant que l'ennemi ait le temps de riposter en lançant les leurs ... Le pays lançant la première frappe n'a besoin que de créer suffisamment de confusion pour empêcher une contre-attaque qui pourrait prendre quelques minutes, et il serait alors trop tard pour le pays attaqué.

Sur la deuxième photo ci-dessus, on peut lire la date du10 Juin, c'est cette photo ( du vidéo ) que Trump a convaincu Kim Jung-Un d'être présent à la rencontre historique à Singapour. Une méthode théorique de battre la doctrine MAD a été développée par les États-Unis, et est aujourd'hui l'un de ses secrets les mieux gardés, connu seulement par ceux avec la plus haute habilitation de sécurité, mais la méthode est restée théorique, de peur que s'ils testaient le secret, celui-ci serait détecté par les pays ennemis, et ces pays développeraient des contre-mesures pour le vaincre, de sorte qu'il ne pourrait jamais être testé, à moins que le test ne soit effectué AVANT son utilisation effective au combat, en supposant qu'il n'y aurait pas de test et avoir suffisamment de temps entre le test et l'utilisation réelle pour qu'un pays puisse évaluer pleinement le test et développer pleinement des contre-mesures à son encontre. Il y a environ 48 heures, l'US Navy a procédé à un test de lancement de cette technique secrète, ce qui signifie qu'il ne reste que très peu de temps pour lancer une première frappe en utilisant cette méthode. L'essai de lancement a été effectué près de la base navale de Whidbey Island, apparemment par un sous-marin de missiles balistiques nucléaires de classe «Ohio» (souvenez-vous combien de fois «Ohio» est apparu dans les codes bibliques) de la base sous-marine de Bangor. C'est cet argument que Trump a fait voir à Jung-Un qui voulait annuler la rencontre tant attendue. Un argument de taille que Kim a finalement du accepté.
Un code parmis plusieurs codes de la Torah découvert révélant "OHIO" dans les résultats.

La technique secrète est d'avoir un parc sous-marin nucléaire près d'une base aérienne militaire qui n'a pas de capacités de lancement de missiles nucléaires, de sorte que les satellites de détection de lancement n'auront pas ces bases répertoriées comme menaces élevées ... Le sous-marin lance alors ses missiles nucléaires. les satellites deviennent confus, parce qu'ils ne peuvent pas déterminer s'ils détectent un lancement de missile ou des avions de combat décollant en utilisant des post-combustion à pleins gaz. Cette confusion ajoute ces quelques minutes supplémentaires nécessaires pour vaincre la Doctrine MAD ... Et comme je l'ai dit, le test pour voir si ça marche a juste eu lieu, donc les Etats-Unis n'ont plus que peu de temps pour lancer une véritable attaqueen utilisant cette méthode.

Source: beforeitsnews.com
Adaptation: Benoit Godin

lundi 11 juin 2018

L' Armée syrienne libre avec son allié US prépare une provocation chimique en Syrie


Afin de mettre en scène une nouvelle «attaque chimique», l’Armée syrienne libre a acheminé des bonbonnes de chlore dans la région de Deir ez-Zor, a déclaré le ministère russe de la Défense. Après la provocation, la coalition dirigée par les États-Unis compte frapper des sites publics en Syrie, affirment les militaires.
L'Armée syrienne libre, soutenue par les militaires des forces spéciales américaines, prépare une provocation avec l'utilisation d'armes chimiques dans la province de Deir ez-Zor, a déclaré le ministère russe de la Défense par la voix de son porte-parole, le général Igor Konachenkov.
Pour simuler cette nouvelle «attaque au chlore perpétrée par le régime contre les civils, l'ASL a transporté des bonbonnes de chlore dans la localité de Hakl al-Jafra», a détaillé le ministère.
«Après la diffusion dans les médias occidentaux, la vidéo montée devrait servir de nouveau prétexte à un bombardement de la coalition dirigée par les États-Unis sur la Syrie», a-t-il poursuivi.
«Après sa diffusion dans les médias occidentaux, la vidéo montée devrait servir de nouveau prétexte à un bombardement de la coalition dirigée par les États-Unis sur la Syrie», a-t-il poursuivi. Le tout pour «justifier une offensive des rebelles contre les troupes gouvernementales syriennes sur la rive est de l'Euphrate».
Et de conclure: «Le ministère russe de la Défense met en garde contre le recours inacceptable à ce genre de provocations destinées à déstabiliser la situation en Syrie».
Source: sputniknews.com