Translate

jeudi 16 novembre 2017

Les habitants de l’Alaska se préparaient à une frappe nucléaire de PyongyangLes habitants de l’Alaska se préparent à une frappe nucléaire de Pyongyang



Les autorités de l’Alaska ont demandé à la population de se préparer à une attaque nucléaire de Pyongyang, selon le Daily Mail.
Le membre du Comité des plans d'urgence d'AlaskaJeremy Zidek a appelé les habitants à se préparer à une frappe nucléaire nord-coréenne, annonce leDaily Mail.
Il a recommandé de faire des provisions de denrées alimentaires et de médicaments, y compris ceux antiradiations, d'avoir des réserves d'eau, des lampes torches et des radios.
«Ce que nous recommandons aux gens est de faire la même chose que ce qu'ils feraient pour se préparer à n'importe quelle catastrophe naturelle», a déclaré M.Zidek.
Selon lui, il n'y aura pas assez de temps pour une évacuation, lors d'une attaque nucléaire. C'est pourquoi, le meilleur conseil est de s'abriter et d'attendre la fin de l'attaque.
Aujourd'hui, il n'y a pas d'abris antiatomiques centralisés en Alaska mais il y a un système de défense antimissile, a-t-il indiqué.
La tension reste très élevée dans la péninsule coréenne depuis que Pyongyang a effectué son sixième essai nucléaire et a procédé à plusieurs tests de missiles balistiques théoriquement capables d'atteindre le territoire continental desÉtats-Unis. Pyongyang et Washington utilisent depuis longtemps une rhétorique belliqueuse.
Les Forces armées américaines procèdent régulièrement à des exercices qui consistent à contrer d'éventuelles attaques de missiles nord-coréens.

Source : sputniknews.com

lundi 13 novembre 2017

Prédiction de tremblements de terre le 19 Novembre prochain...


LE 19 NOVEMBRE prochain, on verra le tremblement de terre d'Armageddon à travers de vastes régions de la planète alors que des plaques tectoniques se heuteront et que des volcans éclateront à cause de l'effet de la planète X Nibiru, selon un groupe d'astronomes et de sismologues. La destruction touchera des zones vulnérables du monde entier, de la France et de l'Italie à l'Alaska et à la Russie, en passant par la côte ouest américaine, l'Indonésie et le Japon, et les pertes en vies humaines se chiffreront par millions. Le groupe a cartographié les mouvements de la soi-disant Black Star, alias Nemesis, Nibiru et planète X, qu'ils croient être un jumeau pour notre propre Soleil avec une influence gravitationnelle massive tirant et serrant la Terre. La NASA est sceptique quant à son existence, mais cela n'a pas empêché l'agence spatiale américaine de dépenser des millions de dollars à la recherche de l'étoile noire. Les astronomes ont mené la sonde All Star de Micron - une étude infrarouge de quatre ans sur le ciel nocturne - et la NASA a envoyé son explorateur infrarouge à large champ pour rechercher des pseudo-étoiles connues sous le nom de naines brunes.

Encore une prédiction à suivre, il en existe tellement sur le Net. Je ne la classe pas comme alerte, juste pour de l'information usuelle. -Benoit Godin

Source: TradCatKnight
Adaptation

Deux puissants séismes ont frappé ce dimanche, plus de 300 morts



Après le puissant tremblement de terre qui a fait des centaines de victimes en Irak et en Iran, les secouristes russes se sont déclarés prêts à aider les habitants des régions frappées.
Le ministère russe des Situations d'urgence a offert de l'aide à l'Irak et à l'Iran, touchés par un puissant tremblement de terre de magnitude 7,3 qui a fait au moins 330 morts ce dimanche.
Le ministre russe des Situations d'urgence, Vladimir Poutchkov, a envoyé aux ministres de l'Intérieur des deux pays des télégrammes de condoléances et des propositions d'aide.
«Au nom du ministre russe des Situations d'urgence, veuillez accepter mes sincères condoléances suite au tremblement de terre dévastateur. Faites-moi savoir si les forces et les ressources du Service d'urgence de la Russie peuvent être utiles pour affronter cette catastrophe naturelle», est-il indiqué dans les télégrammes du ministre russe des Situations d'urgence.
Au moins 328 personnes ont trouvé la mort en Iran et huit en Irak après le puissant séisme qui a touché 14 provinces iraniennes. Le séisme a déclenché des glissements de terrain qui gênent les efforts des secours.
Plus de 70.000 personnes avaient besoin d'un abri de fortune, selon le Croissant rouge iranien.
Le centre sismologique iranien a enregistré d'ores et déjà 118 répliques et dit en attendre d'autres.

Selon des observateurs, ce tremblement de terre serait possiblement être la cause d'un essai nucléaire souterrain, ce qui reste à confirmer....  

Par ailleurs, un  séisme de magnitude 6,5 a frappé l’ouest du Costa Rica dimanche soir, a annoncé l’institut géologique américain (USGS).

Prisde panique, un homme et une femme sont décédés de crise cardiaque, a indiqué à la presse locale le porte-parole du ministère de la Sécurité, Carlos Hidalgo.

La secousse a été localisée à 16 km au sud-est de la station balnéaire touristique de Jaco, sur la côte pacifique, à une profondeur de 19,8 km, selon l’USGS.

Source: Internet

samedi 11 novembre 2017

Un mystérieux accident nucléaire se serait produit fin septembre en Russie


Un rejet massif de ruthénium 106 a été détecté dans plusieurs pays européens. Un tel événement aurait nécessité en France une protection des populations.

Que s’est-il passé, à la fin du mois de septembre, dans les régions sud de l’Oural ? Selon les autorités françaises de contrôle, il s’y est très vraisemblablement produit un accident nucléaire, dont la nature reste à ce jour mystérieuse, la Russie ayant démenti toute implication. Il aurait pourtant généré une très forte contamination, aux conséquences potentiellement graves pour les populations riveraines.
Au début d’octobre, l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire français (IRSN) donnait l’alerte, en signalant la détection, par plusieurs réseaux européens de surveillance de la radioactivité dans l’atmosphère, d’un radionucléide artificiel, le ruthénium 106, à de très faibles niveaux.

Les investigations menées en Europe dans les semaines suivantes ont montré qu’au moins quatorze pays, dont la France, ont mesuré la présence de ce radioélément dans l’air ambiant.
Saisie, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a demandé à l’ensemble des pays membres de communiquer leurs résultats. La valeur la plus élevée, parmi quatre cents résultats collectés, s’élève à 0,15 becquerel par mètre cube d’air et a été enregistrée le 30 septembre en Roumanie, rapporte l’Autorité française de sûreté nucléaire (ASN) dans un communiqué publié le 9 novembre. Elle ajoute que « la baisse des activités mesurées, désormais en dessous du seuil de détection, montre que cet épisode est aujourd’hui terminé ».
Dans l’Hexagone, l’IRSN, qui dispose de plus de quarante stations de collecte d’aérosols par filtration d’air, a relevé, entre le 27 septembre et le 13 octobre, de très faibles dépôts – à l’état de traces – dans ses stations de la Seyne-sur-Mer (Var), Nice et Ajaccio. Le niveau le plus haut, de 46 microbecquerels par mètre cube d’air, a été mesuré à Nice, entre le 2 et le 9 octobre.
Sans conséquence en Europe
« Depuis le 13 octobre, le ruthénium 106 n’est plus détecté en France », précise l’établissement public. Il ajoute que « les niveaux de concentration dans l’air en ruthénium 106 qui ont été relevés en Europe, et a fortiori en France, sont sans conséquence, tant pour la santé humaine que pour l’environnement ».
L’IRSN a, cependant, poussé plus loin son enquête, en tentant de remonter la piste du ruthénium 106. La présence de ce radionucléide dans l’atmosphère ne peut avoir pour origine un accident sur un réacteur nucléaire, car il aurait été dans ce cas accompagné d’autres produits de fission, en particulier d’isotopes radioactifs du césium, qui n’ont pas été détectés. Une autre hypothèse, la chute d’un satellite équipé d’un générateur électrique à ruthénium, a également été écartée par l’AIEA.

Source lemonde.fr

mercredi 8 novembre 2017

Au seuil de la guerre: 44 intercepteurs de missiles installés en Alaska


Dans le contexte des menaces représentées par la Corée du Nord et l’Iran, l'Agence américaine de défense antimissile (MDA) a achevé le déploiement de 44 systèmes antimissiles au sol en Alaska.


Les tensions entre la Corée du Nord et les États-Unis battent leur plein, et désormais, la base militaire américaine de Fort Greely, en Alaska, est dotée de 44 intercepteurs de missiles. L'Agence américaine de défense antimissile a communiqué mercredi que le déploiement des systèmes antimissiles a été achevé le 2 novembre.
«La MDA et Boeing ont installé le 44ème intercepteur dans le silo de lancement du complexe antimissile de Fort Greeley», a déclaré le service de presse de l'agence, cité par son directeur, Sam Greaves.
Auparavant, les autorités américaines de la Défense ont signalé que d'ici la fin de 2017, 44 intercepteurs devraient être déployés en Alaska. Selon les déclarations officielles, ils sont conçus pour intercepter les missiles nord-coréens et iraniens.
En outre, la Maison Blanche a envoyé une demande supplémentaire au Congrès pour redistribuer les fonds nécessaires visant à l'installation de 20 intercepteurs supplémentaires en Alaska.
Source : sputniknews.com