Translate

samedi 10 septembre 2016

Les émeutes dans le nord de l'Inde ont déjà tué 75 personnes


Deux personnes de plus ont été tuées au cours des émeutes dans le nord de l'Inde. Le nombre de morts s’élève désormais à 75 personnes.

En Inde, la police disperse une manifestation et fait 250 blessés Deux jeunes hommes ont été tués samedi à la suite d'une nouvelle vague d'affrontements entre les manifestants et les forces de sécurité dans la vallée du Cachemire, dans le nord de l'Inde, informe la police de l'Etat du Jammu-et-Cachemire. Selon la police, les deux victimes ont été impliquées dans des affrontements dans les villes de Botengoo et de Tukroo dans le sud de la vallée. Les résidents locaux ont jeté des pierres sur les policiers et ces derniers ont dû utiliser leurs armes. En conséquence, un jeune homme a été tué lorsqu’une grenade de gaz lacrymogène l’a frappé à la tête, un autre est mort d'une blessure par balle. Plus de 30 personnes ont été blessées au totale, y compris quatre agents de sécurité. Dans l’Etat du Jammu-et-Cachemire, où la majorité de la population est musulmane, cette situation tendue persiste depuis deux mois. 

Narendra Modi détend les relations Inde-Pakistan Après que les forces de sécurité indiennes ont éliminé l'un des leaders du groupe séparatiste Hizbul Mujahideen, Burhan Muzaffar Wani, des émeutes de masse ont éclaté dans l'Etat indien, au cours desquelles 75 personnes ont été tuées et plus de 13.500 ont été blessées, y compris 3.500 agents de sécurité. Environ 90 postes de police et autres bâtiments gouvernementaux ont été également incendiés. Les autorités indiennes ont arrêté environ 2.000 séparatistes les accusant d'activités anti-gouvernementales. Aujourd'hui, le gouvernement indien a décidé d’engager un contingent militaire supplémentaire dans le Jammu-et-Cachemire. New Delhi estime que les protestations de masse sont soutenues et sont organisées par des militants qui entrent dans le pays du Pakistan voisin. Selon les autorités, les extrémistes utilisent les mosquées dans les zones rurales comme plateformes pour diffuser leur propagande radicale.


Source: sputniknews.com