Translate

samedi 20 juin 2015

Yémen: Les consultations de Genève sont terminées sans accord, le Pakistan menace Ansarullah

Le Pakistan menace Ansarallah! Le président pakistanais a menacé Ansarullah de représailles, au cas où il s’infiltre dans les frontières saoudiennes. "Nous rencontrons régulièrement les autorités saoudiennes, et surveillons de près les agissements des Houthis. Si ces derniers attaquent l'Arabie saoudite, le Pakistan la défendra, car l’intérêt des Saoudiens fait partie de nos intérêts", a affirmé le President Mamnoun Hossein, cité par l’agence iranienne Irib. "Le Pakistan sera le premier pays à défendre l'Arabie saoudite, si les Houthis l'attaquent", a-t-il encore dit. Le président a aussi évoqué les récentes rencontres entre les Premiers ministres turcs et pakistanais, laissant entendre que son pays et la Turquie sont prêts à faire bloc contre les Houthis, en cas des ripostes terrestres d'Ansarullah et de l'armée yéménite contre les raids saoudiens. Londres fournit des armes à Riyad De son côté, le gouvernement britannique a fourni des armes à l’Arabie pour attaquer le Yémen. Selon un rapport publié par la chaine iranienne anglophone Press TV, le porte-parole du ministère britannique de la Défense a confirmé vendredi que les aides britanniques (soutien technique et armes téléguidées de haute précision) accordées à l’Arabie entrent dans le cadre de l’offensive saoudienne contre le Yémen. Ce porte-parole a cependant estimé que les responsables saoudiens l’ont assuré qu’ils s'en serviraient dans le cadre des lois internationales. D’autre part, des militants opposés à cette transaction ont accusé le gouvernement britannique de soutenir une guerre jugée illégale par les experts des droits internationaux. Catastrophe humanitaire imminente L'ONU a fortement révisé à la hausse vendredi son appel de fonds pour aider la population du Yémen, demandant désormais 1,6 milliard de dollars et mettant en garde contre une "catastrophe humanitaire imminente". Stephen O'Brien, coordonnateur des opérations humanitaires des Nations unies, a dénoncé "le mépris du droit international humanitaire par les parties au conflit" et le bilan humain élevé, les raids saoudiens lancés depuis le 26 mars ont fait plus de 2.600 morts, pour moitié des civils, depuis la mi-mars, selon l'ONU. L'ONU estime que pas moins de "21 millions de personnes ont besoin d'aide et/ou de protection au Yémen, soit 80% de la population", a déclaré un porte-parole du Bureau de coordination des Affaires humanitaire de l'ONU (Ocha), Jens Laerke. Source: Divers sites