Translate

samedi 27 septembre 2014

Le nouveau centre de traitements contre l`Ébola au Liberia a une capacité de 150 lits; ils sont surpeuplés de 206 patients infectés après seulement une semaine d`opérations, certains sont refusés!

Saisissant son sac de plastique avec du linge de rechange, la jeune fille de 12 ans qui avait fui la clinique est de retour et avant de traverser la clôture de métal, un préposé habillé en tenue biohazard vaporise son sac avec une solution désinfectante. Puis, il retourne son vaporisateur vers le véhicule dans lequel elle prenait place. Cette fillette, mince et faible, s`était échappée mardi du centre en marchant pendant 2 heures pour retourner à la maison. Une personne avait dit au gardien à la porte qu`elle allait mieux et était guérie. Mais elle était toujours malade et son père l`a reconduite à la clinique. “ j`étais inquiet à propos d`elle pendant 4 jours, je ne peux pas manger.” Princess est une des 72 enfants au nouveau centre de traitement d`Ébola. Le problème au centre, est que moins d`une semaine après son ouverture, les 150 lits ne suffisent pas. Il y a 206 patients infectés et plusieurs arrivent chaque jour. Des malades s`accroupissent sur le sol poussiéreux en face de la porte d`entrée en métal jusqu`à leur transport à l`intérieur, tandis que des ambulances déferlent régulièrement, avec le son strident des sirènes, avec de nouveaux patients pour le centre. “Nous essayons d`en entasser autant que possible,” selon Atai Omoruto, le docteur surchargé en charge du centre. “Nous en recevont tellement de patients, chaque jour. Nous utilisons les corridors. Peu importe la place disponible, nous y installons des lits de camp.” Tandis qu`elle nous parlait, un camion bondé de matelas a fait son entrée au centre, ainsi que des lits en bois fournit par une organisation microfinance locale et de l`Union des Menuisiers du Liberia. Mais le nouveau centre de traitements, sur Bushrod Island près du nouveau port de la ville, n`accompli qu`une fraction contre un désastre grandissant qui a tué plus de 3,000 personnes dans 5 pays Ouest-Africains. Monrovia possède à peine 500 lits pour les traitements, mais le Liberia a besoin de plusieurs milliers et ils n`arrivent pas assez vite. Lorsque le nouveau centre a ouvert ses portes dimanche le 21 septembre, il y avait déjà 100 cas sérieux qui attendaient une place dans la ville pour se faire soigner. Depuis, près de 50 patients sont décédés. D`autres, comme Princess, ont fui le centre en dépit de la hauteur des murs et des fils tranchants installés au sommet de la clôture. Les gardiens de sécurité ont possiblement laissé la porte sans surveillance pendant une pluie torrentielle cette semaine, ce qui aurait facilité la fuite des patients. La Dre. Omoruto mentionne que “Plusieurs patients ne veulent pas être ici, c`est effrayant d`être ici. Ce qui est effrayant, c`est de voir le nombre de personnes malades, plusieurs meurent, c`est effrayant aussi pour l`équipe médicale.” Le temps de construire les 17 centres de 100 lits promis par les États-Unis, principalement au Liberia, cela va prendre des mois à compléter. Pendant ce temps, le nombre de nouveaux cas d`Ébola s`accroît de manière exponentielle, doublant à chaque 21 jours! Ce qui est devenu réalité pour les gens, ils croient maintenant qu`Ébola existe, juste à voir le nombre de gens malades qui attendent d`être soigner. Ils veulent de l`aide au début de stage de la maladie.Source: –The Globe and the Mail Traduction Benoit Godin Vidéo le meilleur et le pire scénario: https://www.youtube.com/watch?v=XyIrbRwAAQ8