Translate

jeudi 25 septembre 2014

Ébola: Jamais autant de corps selon un volontaire, L`organisme Médecins Sans Frontières doit importer un incinérateur de l`Europe!

Comme tout autre volontaire qui aide Médicins Sans Frontières, Stefan Liljegren a joint pour aider les malades et les plus démunis. Avec ses 15 années d`expériences au sein de cette agence, il a servi en Afghanistan, au Kosovo jusqu`au Soudan Sud et le Timor Est, un travail, dangereux compensé par la reconnaissance qu`il reçoit pour sauver des vies. Sa mission la plus récente, au Liberia durement touché par le virus Ébola offre moins de satisfaction. Il est coordonnateur sur le terrain dans un nouveau centre de traitement de 160 lits dans la capitale, Monrovia, une de ses tâches est de décider si la personne malade qui arrive à l`extérieur de la clinique doit recevoir ou non des traitements. Telle est l`échelle de l`étendue de la crise, car de 20 à 30 nouveaux cas arrivent chaque jour. Le même nombre est souvent refusé - en dépit du fait qu`ils retourneront à leurs maisons et infecteront les autres membres de la famille. “C`est le défi le plus difficile que j`ai eu à faire face,” a mentionné ce Suédois de 44 ans.Dans un pays humide avec la saison de la Mousson, “ Chaque jour je me retrouve face à des choix impossibles et des décisions inhumaines à prendre. Avoir à dire à quelqu`un qu`il ne peut pas entrer alors qu`il crie et supplie de le laisser entrer est une sensation indescriptible, spécialement lorsque vous savez qu`il pourrait contaminer sa famille.” Une heure plus tôt à l`extérieur de la clinique, le corps d`un homme de 42 ans gisait, mort, face dans la boue depuis le début du jour. Il avait vomit et présentait les symptômes d`Ébola, alors des personnes présentent l`ont enlevé et déposé dans une camionnette et entrer à la clinique. ” Lorsque nous sommes arrivés le soir précédent, il était encore vivant, mais la clinique ne pouvait pas l`accepter. Il est mort peu avant l`aube,” selon un témoin. Lorsque le journal The Telegraph mentionne ceci à Mr. Liljegren, il fait un signe de la tête. Avoir des morts ou mourants à l`etérieur de la clinique durant la nuit est chose courante selon lui, “ c`est monnaie courante.” La raison est que dès le début de la nuit, l`hôpital n`admet plus personne: s`occuper des patients malades requiert des soins extrêmes la majorité du temps et il serait trop dangereux de procéder à la noirceur. Les corps retrouvés le matin sont ramassés après avoir été arrosé d`un mélange de chlore pour les désinfecter en premier. Lorsque Mr. Rowden, un autre volontaire, a débuté cette mission, il y avait 1 ou 2 corps par jour, maintenant c`est régulier à tous les jours d`en ramasser jusqu`à 5. “Je n`ai jamais vu autant de corps auparavent, cela est très dur, mais je dois juste mettre mes émotions de côté.” Personnes n`est insensibles à ce qui se passe et avec tous ces morts qui les entourent. Cette clinique compte plus de 350 décès dans un seul mois. Puisque les corps doivent être incinérés, le nombre croissant de morts dépasse la capacité du local de crémation à fournir. Alors Médecins Sans Frontières a fait appel pour importer un incinérateur de bétails de l`Europe pour assister à la tâche. Pour cette agence reconnue pour ses bons services, il est encore plus difficile d`opérer dans ces circonstances et c`est déprimant de se rappeler où se terminera cette crise. Source: –Telegraph Traduction Benoit Godin
Des chiffres qui font peur! Prenez votre calculatrice et faite l`exercice suivant: En se basant sur les données reçues jusqu`à maintenant et en appliquant le facteur exponentiel, voici un sombre tableau pour les mois à venir. Ce qui est connu sont les dates et nombres suivants: 82 morts au 30 mars ---- 155 au 30 avril ---- 211 au 29 mai ---- 481 au 30 juin ---- 826 au 30 juillet ----1,808 au 30 août ---- 2,909 maintenant à la fin septembre. Vous remarquerz que le nombre tend à doubler à chaque mois. Alors continuons plus loin, avec cette même cadence: 5,818 au 31 octobre ---- 11,636 au 30 novembre ---- 23,272 au 31 décembre ( prévisions de l`OMS est de 21,000 ) 46,544 au 31 janvier 2015 ---- 93,088 au 28 février ---- 186,176 au 31 mars ---- 372,352 au 30 avril ---- 744,704 au 31 mai ---- 1,489,408 au 30 juin 2015! À 20 mois, la moitié du Globe serait décédée si rien n`arrête la propagation. De quoi faire peur, je l`avoue et je ne veux pas être perçu comme un alarmiste, ce sont bel et bien les chiffres...SI RIEN NE CHANGE! Calculez vous même les nombres, vous verrez! Soyez prêts au pire... Benoit Godin