Translate

dimanche 21 août 2016

A la surprise générale, l’Australie est contre le désarmement nucléaire proposé par l’ONU

Un projet de l’ONU qui a pour but «d’unir les efforts et de détruire tous les armes nucléaires» a buté sur un obstacle inattendu. Il aurait dû être accepté à l'unanimité mais l'opposition de l'Australie a contraint les participants à voter. Lors de sa présentation devant 103 pays au siège européen des Nations unies, à Genève, un projet de traité interdisant les armes nucléaires s'est heurté à l'opposition surprise de l'Australie. Ian McConville, ambassadeur australien, s’est fermement opposé à ce projet qui obligerait les pays disposant de l'arme nucléaire à «arrêter la course aux armes nucléaires et à entamer un désarmement nucléaire». «Un simple traité d’interdiction ne facilitera pas la réduction des armes nucléaires. Mais il pourrait renforcer la détermination des possesseurs d'armes nucléaires à ne pas diminuer leur arsenal», a-t-il précisé. L’allocution de l’ambassadeur de l’Australie a fait un grand bruit. Les partisans de la campagne contre les armes nucléaires étaient sûrs que leur projet serait adopté à l’unanimité et que son acceptation ne nécessiterait pas de vote. Mais l’opposition de l'Australie a empêché la réalisation de leur dessein. A juste titre : seuls 68 des 103 ambassadeurs présents ont soutenu ce projet. 22 ont voté contre et 13 se sont abstenus. L'assemblée a néanmoins décidé de poursuivre les négociations sur ce traité mais cela ne se fera pas avant 2017. Ce n’est pas la première fois que Canberra s’oppose à l’interdiction complète des armes nucléaires. D’après les documents obtenus grâce à la Loi américaine pour la liberté d'information, en 2015, l’Australie avait déclaré qu’elle allait s’opposer à tous les traités qui interdiraient les armes nucléaires au motif qu'elle estime la dissuasion nucléaire, dont font preuve les Etats-Unis, indispensable dans l'éventualité d'un conflit avec la Corée du Nord. Source: francais.rt.com