Translate

jeudi 28 mai 2015

Vastes manoeuvres de l’armée russe, notamment dans le Grand Nord



 



 

L'armée russe conduit des manoeuvres de grande ampleur, mettant en branle bombardiers stratégiques et défense antiaérienne, notamment dans le Grand Nord russe, au moment même où l'aviation de l'Otan et de plusieurs pays neutres simulent en Suède une opération de maintien de la paix de l'ONU.

Au total, environ 12.000 soldats et 250 avions et hélicoptères de combats
russes participent à de "vastes exercices d'alerte", débutés lundi et d'une
durée de quatre jours, a annoncé le ministère russe de la Défense dans un
communiqué.

Vladimir Poutine "a pris la décision de vérifier l'aptitude au combat des
unités aériennes et des forces antiaériennes", a expliqué le ministère de la
Défense, précisant que les manoeuvres se déroulent dans le district "Centre",
une des quatre régions militaires russes qui s'étale du Grand Nord russe à la
mer Caspienne.

Des bombardiers stratégiques "s'exercent à lancer des missiles de croisière
sur des cibles terrestres dans la zone de tir de Pemboï", au bord de la mer de
Kara près de l'Arctique. Et des unités au sol s'entraînent de leur côté à des
exercices de défense antiaérienne près d'Astrakhan, sur les bords de la mer
Caspienne.

Parallèlement, dans le nord de la Suède, à plus de 1.500 km à vol d'oiseau
de Pemboï, six pays membres de l'Otan - les Etats-Unis, la Grande-Bretagne,
l'Allemagne, la France, les Pays-Bas et la Norvège - organisent depuis lundi
avec la Suède, la Finlande et la Suisse de vastes manoeuvres militaires
mobilisant entre autres 115 avions.

L'objectif de ces exercices est de montrer que les forces de ces pays
peuvent "mener des opérations avancées", selon le général suédois Karl
Engelbrektson. A partir du 5 juin, ces exercices seront inclus dans les
manoeuvres annuelles de l'Otan "Baltops", avec 4.500 hommes de 17 pays.

Ces opérations militaires interviennent alors que les pays nordiques font
état d'un surcroît d'activité des forces aériennes russes à proximité de leurs
frontières.

 

Source: AFP