Translate

mardi 9 septembre 2014

Des évacuations répétées autour du volcan Holuhraun dûes aux niveaux de gaz élévés

Les scientifiques qui travaillent près de l`éruption du volcan Islandais Holuhraun ont évacué à plusieurs reprises, car les concentrations de gaz atteignaient des niveaux dangereux. Des changements dans la direction des vents ont rendu leur travail difficile et dangereux. Du dioxide sulfurique ( SO2 ) a été détecté dans des zones urbaines dans l`Est de l`Islande. 

 

Entre 10 à 20 scientifiques se trouvaient sur le site du Holuhraun depuis le début l`ouverture d`une fissure la semaine dernière. Leur travail est risqué selon un étudiant en géophysique qui opère un système de sismographes près de l`éruption.  " Nous travaillons avec des masques, nous en avons tous ainsi que des détecteurs et nous sommes prêts à quitter la zone en tout temps. "

 

Les automobiles utilisées par ceux-ci sont équipées de masques à oxygène, au cas où quelqu`un succomberait  suite aux taux élevés de CO qui pourraient se bâtir dans les zones basses du terrain. 

" Ceci est le premier danger en ce qui concerne l`émission des gaz toxiques, nous essayons toujours de nous placer dans le vent qui souffle vers la lave. Mais le vent change rapidement. " 

 

Le gaz SO2 a rejoint les zones urbaines et selon un rapport de la Protection Civile, des niveaux ont été détecté dans la ville de  Reydarfjordur, à  134 kilomètres de distance du volcan. Ces niveaux pourraient affecter le système respiratoire des gens, bien que d`autres personnes ne souffrent pas d`inconfort. Une couche bleuâtre recrouvre partiellement le ciel de l`Est du pays

(Photoe: Runar Snaer Reynisson/RUV)

bjornm@ruv.is

Source: Icelandic National Broadcasting Service (RUV),  9 Septembre 2014, à 14.15 GMT.

Traduction Benoit Godin