Translate

mercredi 27 août 2014

Un exode Chinois se produit au Sierra Leone, Ébola tue aussi le commerce!

“Avec Ébola, tout le mode a peur. Personne ne veut plus sortir, ” selon Li qui est chinoiset travaillant dans un restaurant à  Freetown dans le district de Murray Town. Li est dans cette capitale depuis 20 ans mais, comme beaucoup d`entrepreneurs de cette communauté jadis floressante, il quitte la place et retourne en Chine. “Avant Ébola, tous les Chinois et des étrangers venaient manger ici. maintenant il n`y a plus personne, nous n`avons aucun client et nous devrons devoir fermer.” 

 

L`Est du Sierra Leone a été lourdement touché par le virus, mais un mort dans Freetown a créé une peur qui s`est rapidement propagée en craignant que la capitale soit en ligne pour une vague de cas. En plus 8 travailleurs de la Santé d`origine chinoise sont présentement en quarantaine volontaire et cela a affecté le moral des autres compatriotes Chinois. Un exode d' entreprises Chinoises  serait néfaste pour le commerce du Sierra Leone, un des pays le plus pauvre du monde, pays qui se bat encore pour se reconstruire d`une guerre civile de 11 ans qui s`est terminée en 2002.

 

L`Ambassade Chinoise estime que la communauté dans Freetown n`est que de quelques centaines de personnes, amis que son influence dépasse largement ce nombre. Des douzaines de restaurants Chinois, des quincailleries, manucfactures de pièces et firmes de construction peuvent être vus dans cette ville de 1.2 million d`habitants. Les contracteurs Chinois ont aidé à bâtir des ponts et des routes, le stade National de Freetown, des bâtiments du Gouvernement  et un hôpital de 100 lits proche de la capitale. La ville de Beijing a investi dans l' agriculture, la santé et l'éducation depuis 1971.

 

Les gens ont peur, la majorité quitte, d'autres demeurent au pays.

 

Source: theextinctionprotocol.wordpress.com

Traduction Benoit Godin