Translate

lundi 7 novembre 2016

« Une guerre mondiale contre la Syrie » ou les temps forts du dernier entretien d’Assad



Dans son entretien au Sunday Times, le président syrien Bachar el-Assad a déclaré qu’une guerre mondiale était en train de se jouer contre son pays et regroupait des dizaines de pays soutenant les terroristes. Il a en outre passé en revue un large éventail de questions, dont les attaques chimiques et le soutien de la Russie.
Au début du conflit, qui secoue la Syrie depuis mars 2011, ce pays proche-oriental s’était retrouvé en tête-à-tête avec des armées de terroristes de toutes sortes, financés et armés par des dizaines de pays tiers. Une guerre mondiale se joue contre la Syrie, a déclaré Bachar el-Assad dans son entretien publié dimanche par le journal britannique Sunday Times.
« Nous la qualifions de guerre mondiale, mais c’est une guerre mondiale contre la Syrie. Des dizaines de pays (agissaient, ndlr) contre nous, envoyant à ces terroristes de l’argent et des moyens logistiques, pendant que notre armée ne comptait dans son sein que des Syriens. Nous bénéficions d’un certain soutien du (mouvement libanais, ndlr) Hezbollah, mais le Liban est un pays qui ne compte que quatre millions d’habitants », a expliqué le président syrien, dressant le tableau de la disposition initiale des forces dans son pays.
Il a bien évidemment mentionné le soutien de Téhéran, mais a souligné que ce dernier se limitait à l’envoi de conseillers militaires sur le sol syrien et ne prévoyait pas d’envoi de troupes terrestres. « Au bout du compte, nous nous sommes retrouvés face à un nombre interminable de terroristes affluant en Syrie, ce qui a créé des problèmes. Or, la puissance de feu russe et le soutien iranien ont équilibré la situation », a poursuivi Bachar el-Assad.
Une politique fondée sur le droit international
La politique menée par la Russie en Syrie est basée sur la morale et sur le droit international, a fait remarquer le président Assad.
À la question de savoir qui dictait ses conditions Moscou ou Damas, M. Assad a souligné : « Bien sûr que nous sommes ceux qui prenons les décisions ». « Les militaires russes ont été déployés en Syrie durant six décennies.
Leur politique est fondée sur deux principes : la morale et le droit international », a expliqué le président. « Même s’ils ont leur point de vue, ils disent : « C’est votre pays, vous savez mieux quoi faire ».
Ils n’ont jamais tenté de s’ingérer (dans les affaires de la Syrie, ndlr), car ils ne veulent rien de nous. Ils ne nous ont pas demandé de placer à la tête de l’État une marionnette. Ils savaient que la Syrie reculait face au terrorisme et que ce dernier prévaudra en Europe ce qui se répercutera, à son tour, sur la Russie et le reste du monde », a-t-il déclaré.
L’Occident a cédé en puissance
Par le passé, on a reproché à Assad d’être « coupé de la réalité ». Or, de nos jours c’est l’Occident qui perd sa puissance et n’a aucun argument pour expliquer ce qui est en train de se passer, a relaté le président syrien.
« Daech mène le trafic de brut et se sert de puits pétroliers irakiens surveillés par des satellites et les drones américains et l’Occident n’en dit pas un mot. Alors qu’ici (en Syrie, ndlr), les Russes sont intervenus et Daech s’est restreint », a-t-il constaté.
De nouveaux alliés
Selon le président Assad, 70 % du territoire du pays est contrôlé à ce jour par les forces gouvernementales. À cela ont contribué une année de campagne russe et à une série de trêves conclues au cours de ces derniers mois.
« Beaucoup de ceux qui avaient l’habitude de tenir tête au parti Baas, à ce gouvernement et à ce système soutiennent aujourd’hui ce gouvernement. Ce n’est pas parce qu’ils l’aiment, mais parce qu’ils soutiennent la paix. Ils ont perdu espoir. Lorsqu’ils se trouvaient sous le joug des groupes armés ils n’avaient ni de juges, ni d’administration municipale (…), ni d’assistance médicale », a expliqué M. Assad.
Armes chimiques
Dans son entretien, Bacher el-Assad a de nouveau déclaré que ses troupes n’avaient jamais eu recours aux armes chimiques.
« Nous n’y avons jamais eu recours. C’est une arme de destruction massive et (si nous l’avions employée) elle aurait tué des milliers de personnes en quelques minutes. Aucun incident du genre ne s’est jamais produit chez nous », a-t-il dit.
Il n’est pas temps de partir
Le président syrien a déclaré qu’il n’avait pas l’intention de quitter son poste avant la fin de son mandat qui expire en 2021. « Il aurait été plus facile de partir ou de prendre plaisir à vivre, car je ne profite d’aucun bénéfice — je ne fais qu’assumer la responsabilité. (…) Mais c’est la guerre et le président est le chef de l’état-major, pour cela il doit être à la tête de l’armée pour défendre son pays », a conclu Bachar el-Assad.
Source:  almanar.com.lb