Translate

dimanche 6 novembre 2016

Red Flag: Les États-Unis affirment vouloir lancer des cyberattaques sur les infrastructures critiques russes en cas d'abus ingérence pendant les élections



Si elle s'avère bien exacte, cette information est grave: les Etats-Unis menacent de lancer des cyberattaques sur la Russie pendant ou juste après les élections si les russes essayaient d'influer sur le scrutin. Ils affirment en effet avoir pénétré les télécommunications, le réseau électrique (infrastructure clé de tout pays) et pire encore le système de contrôle du Kremlin...carrément. 


Le simple fait d'annoncer ces piratages à l'encontre d'une nation comme la Russie ainsi que l'intention d'attaquer est déjà un acte extrêmement belliqueux. Cette information pourrait prêter à sourire dans un autre contexte vu que le b.a.-ba d'une cyberattaque réussie est tout de même l'effet de surprise. Annoncer à l'avance une cyberattaque tout en précisant en plus les cibles est totalement grotesque. 

Pourquoi donc le gouvernement américain se risque-t-il a une annonce de la sorte? Il sont tout simplement en train de se forger un alibi. En effet, le roman du piratage du DNC a déjà été débunké mais les Etats-Unis persistent à présenter "la main invisible de Poutine" comme un danger pour les élections, mettant notamment en avant les avertissements du hacker Guccifer 2.0, qui a reprit le flambeau de son prédécesseur qui purgant actuellement une peine de 4 ans et demi de prison. 

L'identité du hacker est bien entendu inconnue à ce jour et pourrait provenir de n'importe ou, y compris des Etats-Unis...mais non, pour Washington, c'est forcément la Russie. Conclusion, si d'aventure la moindre attaque d'envergure venait perturber les élections, et cela même si elle venait de l'intérieur du pays, les Etats-Unis pourraient faire porter le chapeau à la Russie et lancer des représailles, au minimum proportionnelles. En gros, un vrai acte de guerre déguisé en "juste retour des choses". C'est bien connu, les Etats-Unis ne sont jamais des agresseurs: ils installent la démocratie, protègent la veuve et l'orphelin (du moins, quand ce ne sont pas eux qui rendent les gens orphelins).

Pour couronner le tout, le gouvernement US annonce qu'Al Qaida pourrait lancer des attentats le 7 novembre, la veille des élections. Ils sont en train d'instiller en place un climat de terreur agitant le spectre d'attaques à la fois terroristes et cybernétiques. Concernant d'éventuels attaques "terroristes", rappelons que les dernières attaques d'envergures sur le sol américain officiellement attribuées à Al Qaïda (crée par les Etats-Unis dixit Hillary) se sont avérées être le plus gros false flag de tout les temps, impliquant divers gouvernements. Quand au piratage tant redouté, ce serait l'acte d'agression le plus grossier et le moins avantageux sur la scène internationale que la Russie puisse faire.

 Autant dire que la Russie n'a pas fait de déclarations aussi stupides que celles de Biden à ce jour et qu'il y a très peu de chances que cela arrive. Soit il ne se passera strictement rien, soit ce sera la main non pas de Poutine...mais d'Obama. A suivre.

Source: fawkesnews.com