Translate

jeudi 22 décembre 2016

Alep libérée: les USA vont-ils capituler?


Alep libérée, les autorités syriennes sont sur le point de rouvrir l’aéroport international d’Alep pour les vols civils.
Cet aéroport est resté fermé durant des années, en raison des combats violents entre les forces syriennes et les terroristes. Les informations font également état des efforts de la population à reconstruire les ruines de plus de cinq ans de guerre sans merci des terroristes contre non seulement des monuments historiques de l'une des plus anciennes villes du monde mais aussi contre les centaines d'ateliers et d'usines.
Sur le terrain des combats à l'est de Homs où se trouve Palmyre, on rapporte d'intenses combats qui opposent l'armée syrienne aux terroristes. L’Armée de l’Air russe a mené elle-aussi des frappes mercredi contre les positions de Daech dans la partie occidentale de Palmyre.
Quant à l’armée syrienne et ses forces alliées, elles repoussaient puissamment les terroristes qui tentaient de s’infiltrer dans la zone de sécurité de l’aéroport militaire stratégique T4.
25 terroristes de Daech ont été tués ou blessés sans compter le fait que le groupe a également subi de lourdes pertes matérielles. L’Armée arabe syrienne a détruit 2 chars et 3 véhicules techniques dotés de mitrailleuses antiaériens de 23mm.
C’est la 4e tentative du groupe terroriste de déloger les forces syriennes au sein de cet aéroport qui abrite la base aérienne la plus importante de la Syrie et d'où décollent des Soukhoïs syriens.
Mais que cherchent les ennemis d'Assad au juste?
Certains analystes politiques comme Ghaleb Qandil estiment que la libération d'Alep a bouleversé le rapport de forces en Syrie et poussera par voie de conséquence les ennemis de la Syrie à tenter tous les coups pour ramener la situation au statut quo ante. Certes, ils ont peu de chance de réussir mais ils n'ont pas d'autre choix. Leur stratégie consisterait donc, dans les semaines à venir, à réactiver Daech et d'autres groupes terroristes et à les employer à l'effet de faire monter la tension sur les fronts de combat. Les attentats terroristes et à la voiture piégée se multiplieront surtout dans des régions sous contrôle de l'armée syrienne. Les terroristes viseront les cibles civils. 
L'axe anti-syrien fera feu de tout bois pour contrer une reprise en main de la situation par l'État syrien et ses alliés. Les assauts de Daech et du Front al-Nosra, ou encore les offensives des miliciens pro Turquie voire l'assassinat de l'ambassadeur russe en Turquie devraient être tous compris en ce sens. La guerre par procuration n'est donc pas prête à finir. 
Ghaleb Qandil prévoit même un embrasement des fronts de combat non pas en Syrie mais aussi en Irak, au Yémen et en Libye. Dans tous ces pays, l'objectif consisterait à cibler deux ou plusieurs pays voisins. L'Irak et la Syrie se trouvent de façon prioritaire en ligne de mire car ce sont deux États au cœur du plan dit " Grand Moyen-Orient ". 
A vrai dire, la libération d'Alep des mains des terroristes ne signifie nullement la capitulation des États-Unis et de leurs alliés au Moyen-Orient face à l'axe de la Résistance. Le soutien occidental continuera à aller aux terroristes. 

Source: parstoday.com