Translate

jeudi 29 octobre 2015

Les États-Unis pourraient rompre le traité sur le nucléaire

Le Service de recherche du Congrès américain suggère de créer une commission de vérification intergouvernementale sur le respect du premier traité international sur la réduction des armes nucléaires: le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI) de 1987. Pour pousser la Russie à coopérer, les États-Unis pourraient intensifier l'élaboration de nouveaux missiles ou se retirer des accords en vigueur, stipule le rapport du service sur la mise en œuvre du traité FNI par la Russie. Ces dernières années, les USA ont accusé plusieurs fois la Russie d'enfreindre le traité FNI signé en 1987 entre Mikhaïl Gorbatchev et Ronald Reagan. La Russie a, chaque fois, balayé ces accusations. Il n'y a toujours aucune preuve de ces infractions supposées au traité, constate le Service de recherche du congrès (CRS) du 13 octobre 2015. C'est pourquoi ce dernier suggère aux députés américains d'initier la création d'une commission pour contrôler le respect du traité FNI par les parties du traité, qui prévoit la possibilité de créer une telle commission. Dans le même temps, les USA pourraient "commencer la fabrication de nouveaux systèmes nucléaires autorisés par ce traité afin de pousser la Russie à respecter le texte et donner aux USA la possibilité de réaliser de futurs programmes si Moscou déployait finalement de nouveaux missiles et que le régime du traité s'effondrait". Selon les auteurs du rapport, l'Amérique pourrait également suspendre ou quitter l'accord pour le contrôle des armes. L'administration Obama a pour la première fois fait part aux Congrès de ses craintes concernant le respect du traité FNI par la Russie fin 2011, et a commencé à exprimer ses préoccupations au cours des négociations avec Moscou en mai 2013. La Russie a démenti avoir lancé des missiles de croisière enfreignant le traité FNI et s'est plainte que les Américains n'aient fourni aucune preuve pour appuyer leurs accusations. Moscou avait également accusé Washington de transgresser le traité FNI. L'auteur du rapport Amy Woolf rappelle qu'à l'été 2014 et 2015 le département d'État américain a publié des rapports indiquant que "la Russie enfreignait ses engagements dans le cadre du traité FNI de ne pas posséder, produire ou tester des missiles de croisière terrestres d'une portée comprise entre 500 et 5.500 km, ainsi que des vecteurs de tels missiles". Les experts estiment qu'il n'est favorable ni pour l'Amérique ni pour la Russie de sortir du traité de 1987 pour se lancer dans une course aux armements nucléaires. Sergueï Mikhaïlov, expert du centre d'études euro-atlantiques et de défense de l'Institut russe de recherches stratégiques, estime que pour l'instant le thème du traité FNI est utilisé comme un élément de confrontation politique plutôt qu'un véritable élément de la course aux armements. La Russie et les USA menacent depuis longtemps de quitter le traité. Le chef d'état-major des forces armées russes Iouri Balouevski avait déclaré en 2007 que la Russie pourrait commencer à revoir l'ensemble du système juridique de dissuasion nucléaire pour répondre au déploiement du bouclier antimissile américain en Europe de l'Est. Le chef de l'administration présidentielle Sergueï Ivanov avait réitéré l'affirmation en 2014. Source: Sputnik