Translate

mercredi 17 septembre 2014

Kashmir: Après la Mousson, une épidémie pourrait survenir, des milliers d`animaux sont en décomposition partout.



 Suite aux inondations de la Mousson, au Kashmir, une épidémie plane au dessus du Srinagar avec des milliers de carcasses d`animaux domestiques morts dans les rues. Dans une ferme laitière appartenant à l`armée à Bemina sur la route de Srinagar-Baramulla, des milliers de vaches Jersey et des bisons jonchent le sol depuis plus de 10 jours après les inondations. Cette ferme possède des centaines de canaux qui traversent des zones résidentielles. Les médecins décrivent la situation comme réellement alarmante en mentionnant que les corps d`animaux morts qui ne sont pas encore déplacés et enterrés sont en décomposition, situation qui pourrait déclencher une épidémie. Cette sitaution est un terrain pour la propagation de maladies comme le choléra, l`hépatite et la typhoide. Selon un jeune garçon de l`endroit, il y aurait plus de 370 vaches et bisons sur cette ferme. La ferme a été submergée dimanche le 7 septembre. La porte principale était fermée et les bêtes sont demeurées prisonnières à l`intérieur du terrain. La majorité des carcasses sont demeurées prises sur la ferme, tandis que d`autres ont été emporté par le flot des eaux pour se retrouver le long des chemins. Avec la baisse des eaux et le soleil brillant de tous ses éclats, des centaines de chiens et vautours se nourrissent sur les carcasses. La région entière pestille et les gens se déplacent par la route à pied ou en véhicules et se couvrant la bouche et le nez pour éviter de respirer cette odeur nauséabonde et puante. Le tout empire à chaque jour et la chance à la maladie augmente aussi. Personne n`a encore déplacer les carcasses. Plusieurs familles revenues sur les lieux ont quitté par peur de l`épidémie qui pourrait éclater dans cette région. Dans une aute région, posh Raj Bagh qui a été lourdement touché par les inondations, des carcasses de chiens flottent sur les eaux et le long de la route Jawahar Nagar-Raj Bagh, les oiseaux carnivores se régalent des chiens morts sur le sol. Bref, sur les rivières, il y a plein d`animaux morts flottant partout. Retirer les carcasses n`était pas une priorité immédiate. Il n`y avait que quelques policiers sur les lieux et cela ne semblait pas les préoccuper. Aujourd`hui, les hôpitaux font face à des gastro-entérites et il commence à manquer de médicaments. Un résident aurait mentionné que:`Nos enfants meurent infectés et nos maisons sont inondées et risques de s`effondrer, alors avons-nous le temps de retirer les carcasses? Selon les chiffres fournis, il y aurait entre 200,000 à 300,000 personnes touchées en ce moment par les inondations et ses conséquences.` Source: timesofindia.indiatimes.com Traduction Benoit Godin div>