Translate

mercredi 2 novembre 2016

La flotte russe sème la peur


Time Magazine le confirme : l'arrivée de la flotte russe dans les eaux de la Méditerranée a instillé une crainte terrible dans les rangs de l'opposition anti-Assad.
Une flotte composée de huit navires de guerre appareille en ce moment en Méditerranée, prête à lancer une nouvelle série de frappes contre les terroristes. 
La revue britannique revient sur la journée du 26 octobre où la flotte a gagné la Méditerranée "au grand dam de l'opposition, qui n'écarte pas une nouvelle vague de frappes russes et syriennes contre ses positions après avoir perdu de nombreuses localités ces dernières semaines".
La flotte de guerre russe a quitté le 15 octobre dernier les ports russes pour se rendre en Méditerranée. Cette flotte a pour mission de renforcer la présence militaire russe à Tartous.  
Time Magazine ajoute : "Depuis l'entrée de la flotte russe dans les eaux territoriales syriennes il y a 13 mois, les risques d'une confrontation directe entre la Russie et l'opposition sont grands. De nouveaux agissements russes prouvent que Moscou cherche à déclencher de nouvelles frappes contre Alep et d'autres régions où l'opposition est présente." 
En dépit de l'arrêt des raids aériens russes contre les positions terroristes à Alep depuis le 18 octobre dernier, la Russie a annoncé ne pas croire à une " trêve qui reste unilatérale", car " les rebelles poursuivent leurs attaques contre l'est d'Alep". Le ministre russe de la Défense a mis en garde mardi l'Occident contre toute tentative d'amalgamer les rebelles modérés et les terroristes : "L'Occident devra bien décider contre qui il veut se battre : les terroristes ou la Russie."
Depuis le 28 octobre, les terroristes ont tué 48 civils, dont 17 enfants, à Alep. 
Selon certains analystes, la présence de la flotte russe en Méditerranée vise à déclencher une nouvelle série de frappes contre les terroristes, frappes qui pourraient être déclenchées le 8 novembre prochain, jour de l'élection présidentielle aux États-Unis.    
Source: parstoday