Translate

vendredi 2 octobre 2015

L'Indonésie sous la menace d'une pollution terrible


 

Cela fait déjà plusieurs semaines que certaines régions d'Indonésie et de Malaisie vivent en état d'urgence, décrété après des feux de forêts qui ont provoqué une pollution atmosphérique particulièrement inquiétante.
Visibilité limitée et surtout risques dramatiques pour la santé des populations sont ainsi devenus des préoccupations majeures pour les gouvernements.

Certains jours, la pollution a par exemple atteint des niveaux 300 fois supérieurs à ce qui est considéré comme dangereux pour l'Homme.
Pis, mardi 29 septembre, les craintes des autorités locales ont encore franchi un cap, à tel point que le maire de Penkanbaru, ville de pratiquement un million d'habitants située sur l'île de Sumatra, a dû débuter l'évacuation des nourrissons et des enfants en bas âge, pour protéger leur santé.
Tous les bébés de moins de six mois vont donc être mis en sûreté en compagnie de leur mère, une mesure symbolique du danger de la situation.
Le résultat d'une pratique illégale et dangereuse

En d'autres endroits, il a été décidé d'aider les populations les plus vulnérables en les mettant à l'abri dans des bâtiments équipés d'air conditionné. "Les familles pauvres n'ont pas les moyens de s'offrir des équipements appropriés aux circonstances et se retrouvent avec des niveaux de pollutions identiques dans leurs maisons à ceux de l'extérieur, a par exemple expliqué le maire de Penkanbaru. Nous faisons tout notre possible pour que les bébés, le futur de ce pays, puisse respirer un air propre."
Depuis le début du mois de juillet, 35.000 personnes des régions concernées sont tombées malades à cause des niveaux de pollutions excessivement élevés. Chaque année depuis pratiquement 20 ans, les paysans de Sumatra brûlent la tourbe et la jungle pour fertiliser les terres avant la nouvelle saison de culture, provoquant une pollution toujours un peu plus dense. Des pratiques illégales contre lesquelles les autorités peinent pour le moment à lutter.

Source: naturealerte.com