Translate

mardi 11 mars 2014

Et si cela dégénère en Ukraine? Que faire?


La situation en Ukraine peut dégénérer, tout est possible malheureusement une telle éventualité n’est pas à écarter. Si cela devait dégénérer, nous serions tous concernés car cela pourrait se terminer en règlement de compte entre les États-Unis et la Russie, entraînant dans le même temps l’Union Européenne et la Chine en accord avec la Russie, le reste du s’ajouterait à l’équation, et cela se terminerait en conflit mondial, la 3ième Guerre Mondiale? Dans ce cas, que faire?

Comment réagir? Voilà pourquoi certains articles vont être remis en avant sur le blog, et si quelques conseils intéressants peuvent en ressortir, profitez-en!

Vous avez vu la conséquence des troubles en Ukraine sur les bourses mondiales? Un conflit pourrait déclencher un gros krach financier entre autres conséquences, et pour cela aussi, nous devons nous préparer, ne serait-ce qu’un minimum. Prévoir le pire au cas où ne peut apporter que du bon, si rien n’arrive, nous aurons toujours des réserves en cas de besoin, en cas de gros souci, vous avez de quoi tenir un peu le temps que les choses se tassent. Un conseil tout de même, si quelque chose arrive, ayez de quoi tenir les premiers jours, le temps que la crise de folie qui risque de se produire (avec violences et pillages de magasins) se calme un peu.

Sans eau, sans électricité, sans pétrole, sans système de santé, sans protection civile, sans systèmes de distributions ou de réseaux traditionnels, un survivant de la Guerre de Bosnie est devenu par la suite survivaliste. Il témoigne sans détours d’une survie urbaine crue et pragmatique. L’échange est long, et ce qui est présenté ici n’est qu’une minime partie de sa vie en temps de guerre et le tout peut nous faire conscientiser certaines lacunes, ou encore remettre en cause certaines idées quant a l’effondrement de la normalité dans un univers urbain. L’avantage de ce retour d’expérience, est qu’il est bâtit sur un questionnement purement survivaliste issu du forum “Survivalist Boards”, et que l’orientation de l’entretient est donc extrêmement ciblé sur les réalités d’une survie urbaine durant un effondrement de la normalité.

Voici un bref résumé :

Comme vous le savez, c’était l’enfer là-bas de 1992 à 1995. Pendant 1 an, j’ai vécu et survécu dans une ville de 60 000 habitants sans électricité, sans pétrole, sans eau courante, sans services traditionnels de distribution de nourriture et de consommables, et sans aucune organisation gouvernementale. Notre ville était encerclée par des forces armées pendant 1 an, et dans cette ville, c’était la merde. Nous n’avions pas de police ou d’armée organisée…il y avait des groupes armés, et ceux qui étaient armés défendaient leurs maisons et leurs familles. Quand tout a commencé, certains d’entre nous étaient mieux préparés que d’autres, mais la plupart des familles voisines n’avaient de la nourriture que pour quelques jours. Certains d’entre nous avaient des pistolets, et très peu étaient ceux qui avaient des AK47 et des fusils. Après 1 ou 2 mois, les gangs ont commencés leur destruction: les hôpitaux par exemple, se sont rapidement transformés en abattoirs. Les forces de police n’étaient plus présentent, et l’absentéisme du personnel hospitalier était de plus de 80%.

 

J’ai eu de la chance, ma famille était large à cette époque (15 membres dans une grande maison, 6 pistolets, 3 AK47), et donc nous avons survécu…tout du moins la plupart d’entre nous. Les Américains balançaient des MRE (Meals Ready to Eat – Rations de combat) tous les 10 jours pour aider les villes encerclées comme la nôtre, mais ce n’était jamais assez. Quelques maisons avaient des petits jardins potager, mais la plupart n’en avaient pas.

Après 3 mois, les premières rumeurs de décès par famine commençaient…mais aussi les décès par exposition au froid. Nous avons démonté toutes nos portes, l’encadrement des fenêtres des maisons abandonnées, notre parquet…et j’ai aussi brûlé la totalité de nos meubles pour nous tenir chaud. Beaucoup sont mort de maladies, surtout à cause de l’eau (2 membres de ma famille), nous buvions principalement l’eau de pluie, nous mangions du pigeon et même du rat. La monnaie est vite devenue de la merde… Nous faisions du troque; pour une boîte de bœuf tu pouvais avoir une fille pour quelques heures (c’est dur, mais c’était la réalité), je me rappel que la plupart des femmes qui vendaient leurs corps étaient des mères désespérées. Armes à feu, munitions, bougies, briquets, antibiotiques, pétrole, piles et nourriture…on se battaient comme des animaux pour ça.

Dans une situation comme celle-la, tout change, et la plupart des gens deviennent des monstres…c’était moche. La force était dans le nombre. Si vous étiez tout seul à vivre dans une maison, ce n’était qu’une question de temps avant d’être pillé et tué…peu importe si vous étiez armé. Moi et ma famille, nous sommes prêt maintenant; je suis bien armé, j’ai un bon stock et je suis “éduqué”. Ce n’est pas important ce qui va se passer; tremblement de terre, guerre, tsunami, extra-terrestres, terrorisme, pénurie, effondrement économique, émeute…l’important c’est que quelque chose va se passer ! De mon expérience, vous ne pouvez pas survivre seul, la force est dans le nombre, soyez proche de votre famille, préparez avec elle, choisissez vos amis sagement et préparez-vous avec eux aussi.

Vous pouvez lire plus sur le site suivant :

http://lesmoutonsenrages.fr/2014/03/04/et-si-cela-degenere-en-ukraine-que-faire/

Extraits : Les moutons enragés