Translate

mardi 14 juillet 2015

"La résistance ne capitulera pas. Nous vaincrons ou mourrons"



 

Aujourd’hui, nous le disons avec fermeté et confiance, la résistance l’emportera et son drapeau sera brandi bien haut malgré Nétanyahou et son gouvernement d’extrême-droite et ses commandants militaires.

L’agression caractérisée contre la Bande de Gaza à laquelle nous assistons émeut quiconque a un cœur, tandis que les destructions commises par Israël et sa barbarie sont sans précédent, et pires que toutes celles que j’ai vues dans ma vie. Les attaques d’aujourd’hui dépassent en horreur toutes les guerres et raids contre la Bande de Gaza des cinquante dernières années.

Les bombardements aériens de la Bande de Gaza par les avions de guerre israéliens, ainsi que les missiles tirés sur les maisons et les fermes de civils innocents, sont les derniers actes en date de l’« industrie de mort » de l’état voyou. De par ses crimes de guerre, et ses violations du droit international et des droits de l’homme, Israël a outrepassé toutes condamnations, réactions, et dénonciations internationales émises contre son agression ininterrompue. Les plus récentes de ces condamnations exprimées par l’ONU ont été reprises dans le Goldstone Report après l’Opération Plomb Durci de 2008/2009.

Le pendant positif de la triste réalité de la souffrance des Palestiniens, c’est la ténacité et la résistance du peuple dans cette bataille contre l’occupant que met en relief l’ampleur de sa force de dissuasion et de riposte, inégalée jusqu’ici. Cette résistance a montré sa puissance sur le plan technique et stratégique et ses capacités, qui ne souffrent aucune comparaison avec celles des pays voisins.

La résistance palestinienne, factions nationales ou islamiques confondues, a démontré qu’elle incarne notre gloire, notre dignité et notre fierté à tous. Ceux qui ont sous-estimé et parfois tourné en ridicule la résistance doivent présenter des excuses pour le sang versé de nos martyrs honorables et pour les blessés, ainsi que pour nos valeureux prisonniers et tous ceux qui ont fait l’effort de préparer cette bataille historique contre l’occupation.

J’ai eu une fois l’occasion d’entendre Ahmed Jabari, commandant militaire des Brigades Qassam, Dieu ait son âme, expliquer avec précision lors d’une réunion du mouvement avant la guerre qu’Israël nous a livrée en 2012, quel était le degré de préparation des combattants et le potentiel de résistance en termes d’armement et de capacités militaires. « Nous avons maintenant atteint 80% de nos objectifs et, si Dieu le veut, nous aurons le reste de notre équipement militaire à la prochaine étape, » a-t-il affirmé.

Ses paroles ont aujourd’hui une signification et une résonance importantes. Jabari et ses compagnons étaient passés maîtres dans la préparation au combat. Aujourd’hui, sur le terrain nous constatons l’incarnation de ce qui avait été promis : « Nous faisons preuve de patience dans la guerre, et restons fidèles face à l’ennemi ».

Pendant sa phase de préparation qui a suivi l’« Opération Colonne de Nuée » (nom en hébreu, ou « Pilier de Défense » nom officiel en anglais) en 2012, et la signature d’un accord de cessez-le-feu, et dans le conflit armé actuellement en cours, la résistance a fait la preuve de ses capacités de collecte de renseignements, et de réactions combat-fuite. Nous avons atteint le stade où « si vous souffrez, ils souffrent tout autant ». L’époque où Israël pouvait nous attaquer sans que cela ne lui coûte rien est depuis longtemps révolue ; le sang coule de la même plaie.


Nous témoignons aujourd’hui que les groupes de la résistance palestinienne ont rehaussé le statut de cette nation et restauré en partie le prestige meurtri du peuple. Tout le monde à tous les niveaux se réjouit de la résistance et espère que les combattants ne déposeront pas les armes avant d’avoir vaincu et modifié l’équation de la trêve et du blocus. Nous ne réclamons pas de conditions impossibles, mais seulement le minimum qui garantisse notre droit de vivre libres et dignes.

Notre peuple n’en peut plus de vivre dans l’humiliation, la misère et de devoir mendier sa subsistance. Dans le passé, il disait, « Vivre dans l’humiliation, c’est l’enfer » ; aujourd’hui nous disons, « L’humiliation est loin derrière nous. » Il faut que Netanyahu comprenne que ce sont maintenant les Brigades Al-Qassam et Al-Quds, ainsi que les Moudjahidines et les Brigades Al-Aqsa et Abu Ali Mustafa qui dictent la loi, et que le sang des Palestiniens n’est pas une carte que peuvent abattre les extrémistes sionistes dans le cadre de leur lutte pour la domination et le pouvoir en Israël. Il faut aussi qu’ils sachent qu’ils ne peuvent jouir de la sécurité, du confort, et de la stabilité tant que notre peuple souffre de l’occupation et du siège.

Si aujourd’hui les roquettes de la résistance palestinienne atteignent et intimident toutes les villes israéliennes petites ou grandes, et si les sirènes d’alerte peuvent être entendues de Sederot à Nahariya ; de Yad Mordechai dans le sud à Ashdod, Tel Aviv, Herzliya et Haifa au nord ; et bien dans un avenir proche la résistance disposera d’armes de dissuasion qui mettront au défi tous les calculs et intérêts israéliens.

 

Ce message a été diffusé avant l`alerte rouge déclenchée en Israël ce mardi 14 Juillet 2015.

Source: almanar.com.lb