Translate

mercredi 16 avril 2014

L'Allemagne se réarme massivement


 
Le gouvernement allemand utilise l'escalade du conflit entre l'OTAN et la Russie pour opérer un réarmement militaire massif. C'est ce que souligne un article paru dans la dernière édition de l'hebdomadaire Der Spiegel.
La photo de couverture de l'article résume la situation. La ministre de la Défense, Ursula von der Leyen, tout sourire devant un char, est entourée de soldats de l'armée allemande armés jusqu'aux dents. C'est l'horrible sourire du militarisme allemand qui tente de revenir sur la scène mondiale après avoir mené deux guerres mondiales et commis des crimes épouvantables.

Sous le titre cynique « Les léopards vivent plus longtemps, » allusion aux chars de combat allemands portant ce nom, l'article donne un aperçu sur les projets militaires de l'occident. L'OTAN va être transformée en une alliance antirusse et étendre considérablement sa sphère d'influence en Europe de l'Est. C'est en cela, que l'Allemagne joue un rôle crucial. Les politiciens et stratèges militaires allemands en vue réclament un massif programme de réarmement de l'armée. Selon le Spiegel, « On ne peut arrêter le débat, et l'industrie de l'armement sent là une bonne occasion de faire des affaires. »

L'article examine tout d'abord les choix politiques fondamentaux des puissances impérialistes qui, une fois de plus, empruntent la voie de la confrontation ouverte avec la Russie. Il décrit ensuite les conséquences qui en résulteront pour l'Allemagne.

« La coopération solidement ancrée au fil des années avec la Russie a été abandonnée officiellement la semaine passée, » déclare Der Spiegel. En conséquence, Moscou n'est plus un partenaire, mais un adversaire. Ceci détermine l'étape suivante, même si elle nous ramène en arrière : comment la dissuasion militaire, concept dont on n'avait pas parlé depuis si longtemps en Europe de l'Ouest, fonctionne-t-elle en 2014 ?

Les auteurs passent en revue les chars et l'équipement militaire, et estiment que le « potentiel de dissuasion » de l'armée allemande a été fortement réduit ces dernières années du fait de sa mutation d'une armée « défensive » en une « force d'intervention. »

« Avant la chute du Mur de Berlin, la dissuasion était basée sur la destruction potentielle au moyen de l'arme nucléaire à portée variable et de centaines de milliers de soldats disposant d'armes lourdes, principalement des chars, » précise l'article. Dans le même temps, l'armée allemande à elle seule « et ce même en temps de paix, était forte de quelque 495.000 hommes en uniformes, » en plus de 4.100 chars Léopard et de près de 600 avions.

Mais, depuis lors, le budget de la défense est « passé de 3 à 1,2 pour cent du produit intérieur brut. L'armée allemande qui compte à peine 185.000 hommes devrait subir encore des coupes ; elle est davantage équipée pour des opérations ponctuelles rapides à l'étranger que pour la défense du territoire national. » Au lieu d'avoir des « divisions de blindés et des obus dans la trouée de Fulda (Fulda Gap), » il y a des « parachutistes et des hélicoptères pour le Kosovo, l'Afghanistan ou un pays en crise en Afrique. »

Le message qui apparaît de plus en plus souvent dans les médias allemands est sans équivoque : après des années de réduction des effectifs et du matériel militaire lourd, l'heure est à présent au réarmement !

Extraits de: