Translate

dimanche 7 mai 2017

Syrie : vers des combats du ciel Russie/USA ?


La Russie ripostera à toute frappe violant l'accord qui prévoit la création des zones de désescalade à travers la Syrie, c'est ce qu'a annoncé l'état-major de l'armée russe. 
Les commandants de l'état-major russe ont annoncé à Sputnik que toute "frappe venant de la part des terroristes ou de leurs soutiens" fera au préliminaire l'objet d'une enquête qui déterminera les responsabilités : " il n'est pas impensable que la Russie choisisse l'option militaire pour punir les groupes qui ont violé la trêve et le plan dit "zones de désescalade". 
Toujours selon ces commandants, " le gros des efforts à fournir dans les jours et semaines à venir se concentrera sur la formation d'un groupe de travail qui aura pour mission de déclencher une désescalade des tensions et de démarquer les zones sécurisées. Le plan russe a été approuvé par les chefs de 27 groupes armés qui opèrent en Syrie ". 
L'état-major des forces armées russes réagissait en effet aux propos tenus par le porte-parole du Pentagone qui a menacé samedi de "bombarder n'importe quelle région en Syrie". Adrian Rankine-Galloway a déclaré aux journalistes que "l'aviation de la coalition n'hésiterait pas à viser les positions de Daech et d'al-Nosra où qu'elles se situent". 
L'initiative russe prévoit la création de quatre zones de désescalade à Idlib, à Homs, dans la Ghouta orientale et dans le Sud syrien où Daech et al-Qaïda sont présents.Toujours selon ce plan, le ciel de ces régions est fermé à l'aviation des parties en lice qui ne devrait plus les bombarder. 
Les propos du porte-parole du Pentagone remettent en doute la réelle volonté de Washington de voir aboutir le plan russe. Galloway a très clairement affirmé que les avions de la coalition bombarderaient là où Daech et al-Qaïda seraient présents, et ce, pour éviter que les terroristes puissent se réfugier en un autre lieu. 
La trêve signée le 4 avril à Astana par l'Iran, la Turquie et la Russie interdit toute frappe contre les zones précitées qui devraient au contraire servir de refuge aux réfugiés. La violation de cet accord pourrait provoquer la riposte militaire de Moscou, font remarquer les analystes qui soulignent : la réalité est que Daech et al-Qaïda se déplacent suivant l'ordre venu de leurs sponsors à travers tout le territoire syrien, ce qui pourrait justifier des raids américains à venir. 
Source: parstoday.com